Nouvelles de la Fondation Nature

NatureFOUNDATION Communiqués de presse
natureFOUNDATION dans la presse

Dernier communiqué de presse

Investir dans la science et la nature :
Un don philanthropique majeur à la Fondation pour la Nature permettra de faire progresser la recherche sur les insectes et la biodiversité

Ottawa, le 26 mai 2021 - Un important don philanthropique fait à la Fondation pour la nature par deux entomologistes de renom permettra de financer un programme pour les scientifiques invités au Musée canadien de la nature, le musée national d'histoire naturelle et de sciences naturelles du Canada.

Les Pecks dans leur bureau à domicile, avec des microscopes toujours prêts pour un examen minutieux des spécimens.
Les Pecks dans leur bureau à domicile, avec des microscopes toujours prêts pour un examen minutieux des spécimens.

La dotation des docteurs Jarmila et Stewart Peck, aujourd'hui à la retraite mais ayant des liens de longue date avec l'Université Carleton, permettra aux chercheurs et aux étudiants du monde entier d'étudier en personne les collections de classe mondiale de coléoptères et d'insectes fossiles du musée. Ces études, à leur tour, alimentent des projets et des collaborations internationales liés à l'histoire naturelle, à la biodiversité et aux changements environnementaux.

"Le don des Pecks arrive à point nommé. La pandémie a mis en évidence l'importance de la nature pour notre propre santé et le bien-être de la planète. Pourtant, seule une infime partie de la philanthropie soutient les initiatives en faveur de la nature", déclare Rob Crosbie, président du conseil d'administration de la Fondation pour la nature. "Les Pecks démontrent le type d'engagement nécessaire pour soutenir une science fondée sur des preuves qui favorise les solutions pour un avenir durable."  

Pendant plus de cinq décennies, les Pecks ont parcouru le monde ensemble, étudiant et collectant des insectes, enseignant aux étudiants et partageant leur passion pour la science, la biodiversité et l'évolution.

"Au cours de nos carrières, nous avons bénéficié de subventions et d'autres aides financières, sans oublier les collaborations avec des mentors", explique le Dr Stewart Peck. "Maintenant que nous avons les moyens, nous voulons renvoyer l'ascenseur et aider les autres à bénéficier d'opportunités similaires."

Jarmila Peck, jeune professeur, sur le site fossilifère d'Obara en Moravie, Tchécoslovaquie. Stewart Peck à la recherche d'insectes cavernicoles en 1974 sur l'île inhabitée de Mona, à l'ouest de Porto Rico. Il est un expert mondial des arthropodes cavernicoles.
Jarmila Peck, jeune professeur, sur le site fossilifère d'Obara en Moravie, Tchécoslovaquie. Stewart Peck à la recherche d'insectes cavernicoles en 1974 sur l'île inhabitée de Mona, à l'ouest de Porto Rico. Il est un expert mondial des arthropodes cavernicoles.

Au cours de leurs années de travail sur le terrain, les intrépides scientifiques ont amassé une représentation étonnante de la diversité des insectes, y compris des coléoptères. Près d'un demi-million de spécimens de ces sentinelles de l'environnement ont été donnés au Musée canadien de la nature.

Même à l'ère du numérique, l'étude de spécimens réels dans des collections scientifiques reste fondamentale pour les découvertes relatives aux problèmes environnementaux mondiaux tels que le changement climatique, les espèces envahissantes et la perte d'habitat. "Les spécimens dans les collections sont la réalité et la vérité de la diversité dans la nature", explique Stewart.

Les musées ont la capacité et l'expertise en matière de conservation de mettre ces ressources à la disposition des études scientifiques. Ainsi, le don des Pecks couvrira les frais de voyage, d'hébergement et les dépenses connexes pour les visites de scientifiques du monde entier au centre national de recherche et de collections du musée à Gatineau, au Québec.

"Nous sommes profondément reconnaissants de leur soutien", déclare Meg Beckel, présidente et directrice générale du Musée canadien de la nature. " L'engagement de Jarmila et Stewart garantit que nos collections restent pertinentes pour les études sur le passé, le présent et l'avenir de la planète. Nous bénéficions tous des collaborations scientifiques qui en résultent et qui enrichissent les connaissances sur la biodiversité. "

Un échantillon des coléoptères donnés par les Pecks aux collections nationales du musée. Il s'agit de coléoptères charognards du genre Nicrophorus, recueillis par les Pecks au Labrador. Les coléoptères charognards enterrent les petites carcasses de souris et d'oiseaux sur lesquelles ils pondent leurs œufs.
Un échantillon des coléoptères donnés par les Pecks aux collections nationales du musée. Il s'agit de coléoptères charognards du genre Nicrophorus, recueillis par les Pecks au Labrador. Les coléoptères charognards enterrent les petites carcasses de souris et d'oiseaux sur lesquelles ils pondent leurs œufs.

Les insectes sont considérés comme les êtres vivants les plus aboutis de la planète, avec des origines remontant à plus de 300 millions d'années. Les coléoptères constituent le groupe d'insectes le plus diversifié, puisqu'on les trouve sur tous les continents. Ils décomposent la matière organique, notamment dans les forêts, et recyclent les nutriments pour les autres êtres vivants. Des types spécifiques de coléoptères peuvent être utilisés comme indicateurs de la santé relative de la biodiversité d'une région. Leur présence est essentielle au maintien de nombreux habitats et écosystèmes.

Les Pecks ont fait partie de la communauté scientifique qui a contribué à ces connaissances grâce aux preuves acquises lors de leurs expéditions de collecte et de leurs travaux sur le terrain. Le couple s'est rencontré à la fin des années 1960, alors que Jarmila était une scientifique invitée à l'Université Harvard. Ils ont déménagé à Ottawa dans les années 1970, lorsque Stewart est devenu professeur à l'Université Carleton et que Jarmila a travaillé comme professeur auxiliaire de recherche.

En tant qu'entomologiste et biogéographe, Stewart Peck a enseigné la biologie à Carleton pendant quatre décennies. Le Canadian Geographic l'a nommé l'un des 100 meilleurs explorateurs du Canada, et il a servi de mentor à de nombreux étudiants qui ont fait carrière dans le domaine des sciences, y compris le Dr Bob Anderson, entomologiste et expert en coléoptères du musée.

Jarmila Peck a été élue à la Société royale du Canada en 1992. Elle a fait don au musée en 2018 de la collection de sa vie, composée de milliers d'insectes fossiles. En tant que professeur dans l'ancienne Tchécoslovaquie, sa passion pour la géologie et la paléontologie l'a amenée à se concentrer sur les origines du vol chez les insectes. Elle a documenté cette évolution grâce à des collections complètes de fossiles, dont certains présentent les premières preuves du développement de la structure des ailes chez les insectes.

Et alors que des musées internationaux comme le Smithsonian, le Field Museum ou le Harvard Museum of Comparative Zoology auraient pu être le dépositaire de l'œuvre de sa vie, Mme Jarmila a choisi le Musée canadien de la nature : "Je suis canadienne, j'en suis fière et je ne veux pas que ce soit ailleurs", note-t-elle.

Les Pecks continuent de publier leurs découvertes scientifiques, pour lesquelles leurs collections sont essentielles. Mais au crépuscule de leur carrière, ils veulent s'assurer que d'autres puissent bénéficier des efforts de leur vie, et leur soutien au musée est une étape naturelle.

"L'étude de la nature exige un engagement à vie. Nous voulons soutenir les jeunes chercheurs dans la construction de leur carrière professionnelle", explique Mme Jarmila.

Les candidatures pour le Fonds Stewart et Jarmila Peck pour les chercheurs invités en entomologie seront disponibles en juillet sur nature.ca.

-30-

À propos de Jarmila et Stewart Peck

Au cours de leurs 51 années de mariage et d'exploration entomologique, les Pecks se sont complétés sur le plan professionnel et personnel, partageant une passion pour les voyages, l'aventure et la découverte de la diversité des insectes qui a constitué une part importante de leur vie commune.

Les Pecks sont des experts de renommée internationale en matière de systématique et de taxonomie des coléoptères (Stewart) et d'évolution des ailes d'insectes et de fossiles (Jarmila). Tous deux ont eu un impact mondial sur le monde de l'entomologie. Stewart est considéré par certains comme la personne vivante qui a collecté le plus d'insectes grâce à ses nombreux travaux de terrain.

L'œuvre de Stewart a énormément contribué à la compréhension des coléoptères, en particulier des petits coléoptères fongiques (Leiodidae), des arthropodes des cavernes (surtout les Coleoptera), et de la biogéographie des îles, notamment les Coleoptera des Galápagos et les Coleoptera des Antilles. Jarmila est l'un des principaux paléoentomologistes de son temps. Son travail s'est concentré sur l'origine et l'évolution des ailes et des pattes des insectes, ce qui inclut la préparation d'un atlas monumental de la morphologie et de l'homologie des ailes dans tous les ordres d'insectes.

À propos de la Fondation pour la Nature

Lancée en 2020, la Fondation pour la nature est une entité caritative indépendante qui soutient l'important travail du Musée canadien de la nature. La mission de la Fondation est d'inspirer des investissements dans la nature pour la découverte, la recherche et l'éducation afin de favoriser des solutions pour notre avenir. Les donateurs qui investissent dans la Fondation fournissent un financement essentiel pour faire progresser la science fondée sur les faits qui favorise le travail de terrain et la recherche pertinents à l'échelle mondiale, la formation de la prochaine génération d'experts en histoire naturelle du Canada, ainsi que le partage des connaissances, la collaboration et les initiatives éducatives. Pour en savoir plus, consultez le site foundation.nature.ca.

À propos du Musée canadien de la nature
Sauver le monde grâce aux preuves, aux connaissances et à l'inspiration ! Le Musée canadien de la nature offre des connaissances fondées sur des preuves, des expériences inspirantes et un engagement significatif envers le passé, le présent et l'avenir de la nature. Il y parvient par la recherche scientifique, la conservation d'une collection de référence de 14,6 millions de spécimens, des programmes éducatifs, des expositions itinérantes et un site Web dynamique, nature.ca.

Pour plus de formation :

Laura Evans
Directrice générale et chef de l'avancement
Fondation du Musée canadien de la nature
613-286-7606 ; levans@nature.ca

Aidez-nous

Votre don aidera à sauver le monde.

Intitulé